industrie

Référentiel

Code

Note(s) sur la portée et contenu

Note(s) sur la source

Note(s) d'affichage

Termes hiérarchiques

industrie

Termes équivalents

industrie

Termes associés

industrie

507 Description archivistique results for industrie

507 résultats directement liés Exclure les termes spécifiques

Interview de Henri Sottas, bobineur (1ère partie/3)

Interview d'un bobineur, Henri Sottas, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:42:22).
Période évoquée: 1946-1988 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/3 à 3/3) :
Né en 1928, cet ouvrier a travaillé durant quarante-deux ans pour Sécheron comme bobineur. Au cours de cet entretien, il décrit précisément les techniques et l'organisation du travail. Se décrivant comme issu d'un milieu plus populaire et paysan qu'ouvrier, il explique qu'il se syndiquera tard, et au sein de la Fédération chrétienne des ouvriers métallurgistes (FCOM). Il a notamment participé à la fabrication des bobines pour le barrage de la Grande Dixence et Verbois. Il a été membre de la commission ouvrière dès 1950.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Pierre Riondel, ingénieur technicien (1ère partie/2)

Interviews d'un ingénieur-technicien, Pierre Riondel, par Alda de Giorgi et Eric Golay (Durée totale de l'entretien: 01:30:00).
Période évoquée: 1957-1993 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/5 à 2/5) :
Après avoir obtenu son diplôme au Technicum à Genève en 1948, cet ingénieur, né en 1930, part à Paris et fait des études d'orgue. Il retournera ensuite à l'industrie et entre à Sécheron en 1957, il travaille comme "ingénieur technicien dans le secteur développement". Dans cet entretien, il décrit de façon détaillée le type de travail qu'il a été amené à effectuer. Il explique quelles nouvelles méthodes il a élaboré en fonction des demandes de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) ou des tramways zurichois.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview d'Alain Perrat, mécanicien-tourneur (1ère partie/3)

Interview d'un mécanicien-tourneur, Alain Perrat, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 02:10:34).
Période évoquée: 1972-1993 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/3 à 3/3) :
Alain Perrat est né en 1952 à Bourg en Bresse, dans l'Ain (France). Après sa formation et une année de travail, il a effectué un "tour de France" avec les compagnons comme mécanicien tourneur. Il relate l'évolution du travail lors du passage aux appareils à commande numérique. Il raconte comment un de ses collègues sans Certificat fédéral de capacité (CFC) parvenait parfaitement à refaire les programmes numériques directement sur la nouvelle machine et en conclut "ce qui prouve bien que tout s'apprend". Il explique les difficultés sociales provoquées chez les humains par les horaires calqués sur les machines: en effet, les horaires 04h00-13h30 ou 13h30-22h00, appelés "travail en équipe" rendent impossible toute vie sociale. Il refusera finalement ces horaires et se battra contre au niveau syndical. Il décrit aussi la structure et le fonctionnement de la Commission du personnel, ses permanences, ses locaux et le droit à des heures d'absence pour ce travail.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Henri Sottas, bobineur (2ème partie/3)

Interview d'un bobineur, Henri Sottas, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:42:22).
Période évoquée: 1946-1988 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/3 à 3/3) :
Né en 1928, cet ouvrier a travaillé durant quarante-deux ans pour Sécheron comme bobineur. Au cours de cet entretien, il décrit précisément les techniques et l'organisation du travail. Se décrivant comme issu d'un milieu plus populaire et paysan qu'ouvrier, il explique qu'il se syndiquera tard, et au sein de la Fédération chrétienne des ouvriers métallurgistes (FCOM). Il a notamment participé à la fabrication des bobines pour le barrage de la Grande Dixence et Verbois. Il a été membre de la commission ouvrière dès 1950.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Pierre Riondel, ingénieur technicien (2ème partie/2)

Interviews d'un ingénieur-technicien, Pierre Riondel, par Alda de Giorgi et Eric Golay (Durée totale de l'entretien: 01:30:00).
Période évoquée: 1957-1993 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/5 à 2/5) :
Après avoir obtenu son diplôme au Technicum à Genève en 1948, cet ingénieur, né en 1930, part à Paris et fait des études d'orgue. Il retournera ensuite à l'industrie et entre à Sécheron en 1957, il travaille comme "ingénieur technicien dans le secteur développement". Dans cet entretien, il décrit de façon détaillée le type de travail qu'il a été amené à effectuer. Il explique quelles nouvelles méthodes il a élaboré en fonction des demandes de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) ou des tramways zurichois.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Henri Sottas, bobineur (3ème partie/3)

Interview d'un bobineur, Henri Sottas, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:42:22).
Période évoquée: 1946-1988 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/3 à 3/3) :
Né en 1928, cet ouvrier a travaillé durant quarante-deux ans pour Sécheron comme bobineur. Au cours de cet entretien, il décrit précisément les techniques et l'organisation du travail. Se décrivant comme issu d'un milieu plus populaire et paysan qu'ouvrier, il explique qu'il se syndiquera tard, et au sein de la Fédération chrétienne des ouvriers métallurgistes (FCOM). Il a notamment participé à la fabrication des bobines pour le barrage de la Grande Dixence et Verbois. Il a été membre de la commission ouvrière dès 1950.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview d'Alain Perrat, mécanicien-tourneur (2ème partie/3)

Interview d'un mécanicien-tourneur, Alain Perrat, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 02:10:34).
Période évoquée: 1972-1993 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/3 à 3/3) :
Alain Perrat est né en 1952 à Bourg en Bresse, dans l'Ain (France). Après sa formation et une année de travail, il a effectué un "tour de France" avec les compagnons comme mécanicien tourneur. Il relate l'évolution du travail lors du passage aux appareils à commande numérique. Il raconte comment un de ses collègues sans Certificat fédéral de capacité (CFC) parvenait parfaitement à refaire les programmes numériques directement sur la nouvelle machine et en conclut "ce qui prouve bien que tout s'apprend". Il explique les difficultés sociales provoquées chez les humains par les horaires calqués sur les machines: en effet, les horaires 04h00-13h30 ou 13h30-22h00, appelés "travail en équipe" rendent impossible toute vie sociale. Il refusera finalement ces horaires et se battra contre au niveau syndical. Il décrit aussi la structure et le fonctionnement de la Commission du personnel, ses permanences, ses locaux et le droit à des heures d'absence pour ce travail.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Paul Basset, mécanicien et chef d'exploitation (1ère partie/2)

Interview d'un mécanicien et chef d'exploitation aux Services industriels de Genève (SIG), Paul Basset, par Alda de Giorgi, accompagnée de Charles Magnin (qui intervient brièvement dans la partie 2/2 de l'interview) en 1996. (Durée totale de l'entretien: 00:51:13)
Périodes évoquées: (1988-1996)

Aperçu des thèmes (Parties 1/2 et 2/2) :
Paul Basset était responsable de la section Rive gauche des Services industriels de Genève (SIG) au moment du rachat de la Société des Eaux de l'Arve (SEA). Il est question de la manière dont l'intégration cette entreprise privée de distribution d'eau potable aux Services industriels de l'Etat de Genève s'est faite, des aspects administratifs et techniques du fonctionnement des deux entreprises, de la distribution et de la vente d'eau, du type de qualification des employés, ou encore des logements de fonction des employés.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Heinrich Rudolf, monteur (1ère partie/1)

Interview d'un ancien monteur d'alternateur aux Services industriels de Genève et mécanicien à la Société des Eaux d'Arve, Heinrich Rudolf, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 00:40:20).
Période évoquée: 1950-1996 (principalement)

Aperçu des thèmes (Partie 1/1):
Dans cet entretien, cet ouvrier mécanicien et monteur, puis contremaître relate et compare les différentes phases de son expérience professionnelle. Il raconte les conditions de vie et de travail à la Société des Eaux de l'Arve, où il travaillait dans une petite équipe de cinq personnes avec un travail varié et un beau cadre naturel. Il explique que le logement était fourni sur le site de l'usine, justifiait un salaire plus bas et exigeait une disponibilité constante des employés. D'une manière générale, il dit avoir été satisfait des conditions de travail qu'il a expérimenté bien qu'il se réfère à leurs conditions comme à celles d'esclaves. Parmi les sujets traités se trouvent: le rachat par les Services industriels de Genève (SIG) et les centrales nucléaires à Téhéran et Lucens.

Repérage des sujets principaux (1ère partie/1) :
00:00:00 à 00:09:00 : né en 1937, entrée à la SEA en 1968 - formation de mécanicien à la Soudière suisse en Argovie - ancien monteur de Sécheron, a beaucoup voyagé dans ce cadre - a quitté Sécheron lorsque le secteur des alternateurs a été supprimé - un ex-ingénieur de Sécheron l'avait recommandé - problématique de l'adaptation aux crues de l'Arve qui fournissait la puissance - à la SEA, ils faisaient beaucoup d'entretien, de réparation, de recyclage contrairement à ce qui se passait aux SIG - entretien des tresses en chanvre - tonte du gazon - le directeur refusait d'acheter une tronçonneuse: il y a plusieurs histoires de ce genre, "le travail était très artisanal" et car il "devait être rentable pour les actionnaires";
00:09:00 à 00:18:00 : le dîner de fin d'année se faisait toujours à l'usine pour permettre aux ouvriers de permanence de participer (ouvriers, patrons, actionnaires comme les Lombards, banquier et géologue, Hentsch banquier, ...) - le repas ne se faisait pas avec les épouses - le directeur De Haller était moins en contact avec les ouvriers car les bureaux se trouvaient ailleurs, alors que par la suite, "Coutau" (Couteau?) était dans un bâtiment provisoire sur le site - pratiquement tout le monde habitait sur le site;
00:18:00 à 00:27:00 : le loyer était modéré, les salaires aussi - la paie a augmenté de 1000.- et les loyers aussi - pas tout le monde ne vivait sur le site - les nouvelles machines étaient achetées d'occasion - le passage aux Services industriels s'est assez bien passé, ils se moquaient, mais ne nous embêtaient pas - les heures supplémentaires étaient timbrées, chaque minute était timbrée - "avant on était un peu des esclaves", " nous ça allait, mais dans le temps, c'était terrible - en vivant sur le lieu on est sensé toujours être disponible et ces coups de main n'étaient pas payés" - en tant que monteur à Sécheron a voyagé entre deux jours et six mois en Espagne, Yougoslavie, Berlin - travail intéressant;
00:27:00 à 00:36:00 : Téhéran: montage d'une petite centrale nucléaire pour l'université, pour l'expérimentation, financée par le Shah, mais abandonnée dans un port, "toute oxydée", matériel américain, pour finir ils l'ont faite avec Sécheron qui faisait du nucléaire à Lucens - à Vessy, ils faisaient le piquet pour les alertes: une semaine sur quatre, vu qu'ils étaient quatre, tous les soirs il fallait travailler de 22h à 23h - il y avait des alarmes à la maison, ils étaient assez souvent dérangés - il est devenu contremaître finalement, a remplacé un collègue à sa retraite - il vient sur le site encore tous les jours après le travail pour vérifier qu'il n'y a pas de casse - comme contremaître, il a un bureau au Lignon - il s'occupe des contrôles de différentes entreprises - il y a trois contremaîtres - il aimait bien les anciennes machines à piston tout en admettant qu'elles sont vieilles, qu'elles sont beaucoup trop grandes, mais elles sont amorties et ne coûtent que l'entretien;
00:36:00 à 00:40:20: l'eau de la SEA était moins chère que celle des SIG - l'entreprise a été vendue, car pour renouveler la concession, ils auraient du rénover les installations et ils ne voulaient pas - il n'y a pas eu d'accident - les horaires étaient par tournus - les salaires étaient meilleurs à la SEA qu'à Sécheron.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Marcel Navarro, serrurier-soudeur (1ère partie/2)

Interview d'un serrurier-soudeur formé comme chaudronnier-traceur, Marcel Navarro, par Alda de Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:30:37).
Période évoquée: 1950-1996 (principalement)

Aperçu des thèmes (Parties 1/2 et 2/2) :
Ce que Marcel Navarro a aimé dans son travail à la Société des Eaux de l'Arve, c'est le travail sur des anciennes et belles machines. Il décrit les conditions de travail et mentionne qu'il était le seul ouvrier syndiqué. L'entretien est principalement axé sur le fonctionnement, l'équipement et les méthodes de travail dans l'équipe mécanique de la Société des Eaux de l'Arve.

Repérage des sujets principaux (1ère partie/2) :
00:00:00 à 00:09:00 : formation de chaudronnier, CAP car d'origine française, chaudronnier traceur à l'époque: car à l'époque ils développaient eux-mêmes les dessins, chose qui s'est perdue - est rentré à la SEA en 1980 - a eu une trentaine d'emplois avant cela - il travaillait aux moulins de Versoix, il avait 40 ans et s'ennuyait: il a répondu à une annonce - l'endroit, la nature lui ont plu - les machines à piston anciennes lui ont plu - il a travaillé dans la pétrochimie à Neuchâtel et en avait marre du travail moderne - apprentissage à Saint-Etienne - est venu en 1964 monter la raffinerie de Cressier et a connu sa femme à la Neuveville - sa fonction à la SEA était serrurier, il aidait les mécaniciens - dans l'équipe de mécanique, ils étaient tous des ouvriers qualifiés contrairement à l'équipe réseau, de plus ils avaient tous pas mal voyagé - il avait un atelier de serrurerie et il forgeait certaines pièces, soudait - c'était encore un endroit où l'on faisait les choses nous-mêmes - le travail était très varié: beaucoup de pièces à remplacer sur le barrage, démontage des machines, changer les joints, changer les pompes dans les puits, montage des vannes, soudure - très peu d'intervention d'entreprises extérieures;
00:09:00 à 00:18:00 : le travail de mécanique était spécial, il n'avait jamais vu de pompe à piston, "c'était les dernières de Suisse à fonctionner", c'était nouveau pour lui - réparation, manutention, entretien du canal, entretien de l'Arve, attraper les troncs - soudure électrique, "tout était vieux, il n'y avait rien de neuf" mais ce qui le gênait, c'était que l'atelier était étroit et bas de plafond - "vous savez, on était un peu manœuvre (...) il ne fallait pas attendre qu'on nous dise quoi faire (...)" - il fallait prendre des décisions et agir - il explique les systèmes de grilles et de râteau - [les interlocuteurs regardent et commentent des photographies] - la division du travail: les mécaniciens avaient leur atelier, un peu plus moderne;
00:18:00 à 00:27:00 : il comprenait quel était son travail, était autonome dans une grande partie des tâches bien que c'était tout de même le contremaître qui distribuait le travail - chaque année avec les machines à piston, ils devaient changer les joints sur les clapets de fermeture en bronze et sur les cylindres, il y avait des joints en chanvre tressé que le mécanicien, M. Keller, fabriquait lui-même, c'était des joints d’étanchéité - les tresses enduites de suif (graisse de mouton), "c'était la seule chose qui tenait vraiment à l'échauffement, on a essayé d'autres matières (...) - cette machine tournait 24/24 - il trouvait ces vieilles machines extraordinaires, n'avait pas du tout envie d'en changer - tout le monde se plaignait que cette usine ferme mais personne ne s'y est vraiment opposé - 25 ans de ma vie à travailler dehors - on était une équipe de cinq, maintenant on est 1200 - aujourd'hui je sors de temps en temps pour placer mes pièces, une quarantaine de personnes dans un très grand atelier - à Vessy, à cinq ce n'était pas toujours évident - le réseau, ils étaient sept, en plus il y avait les administratifs - il y avait trois cultures différentes, mais dans l'ensemble ça allait bien les suisse-allemands, les romands, et puis moi, mais c'était surtout des personnalités;
00:27:00 à 00:36:00 : les secrétaires ne se sont pas bien adaptées au Lignon - le chef, Monsieur Coutau (Couteau?) - "on en avait marre de scier nos bois à la main", "on était allé chercher une tronçonneuse (...) on avait des problèmes (...) mais le directeur lui a fait ramener" - j'ai appris le métier de bûcheron là-bas - "j'ai appris des tas de choses", "ça m'a rapproché de la nature" - il était de piquet lorsque la station du Grand Bornand a subi un grand orage, un barrage s'était formé et avait lâché, la crue avait emporté un camping et une scierie: les immenses arbres déracinés, caravanes et camping ont été emportés, il y a eu un mort retrouvé dans le barrage - la pollution au mazout aussi l'a marqué, il a vu ce que pouvait provoquer la pollution - il explique les deux types de pompes - les tours et l'éclairage étaient alimentés par l'électricité de l'Arve;
00:36:00 à 00:46:06: jusqu'en 1958 l'usine était autonome en électricité - à l'époque on devait casser la glace pour permettre la continuité du travail, puis ensuite on a pu avoir un appoint des Services industriels de Genève - on craignait les orages, il y avait souvent des alarmes et des alertes la nuit, "elle sonnait tout le temps" - quand les SIG ont repris, ils ont donné l'instruction de couper la corne lorsque les gens quittaient les lieux, le quartier de Conches s'était peuplé aussi - aux SIG, quand on devait descendre "on nous payait une heure et on avait une heure de congé, à la SEA on avait que une heure de congé" - "mais on habitait tous dans des villas" - au début, le loyer de la maison avec jardin était de 150.-, puis lorsque les SIG ont repris, les loyers ont augmenté - [c'est la transition de la reprise qui intéresse l'intervieweuse] - l'indépendance du travail a énormément changé - il y avait encore des pompes électriques sur place, mais elles étaient télécommandés depuis le Lignon - les SIG ont construit des énormes réservoirs, car il y avait des risques de pollution de la nappe phréatique en raison de la topographie;

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Résultats 1 à 10 sur 507