conditions de travail

Référentiel

Code

Note(s) sur la portée et contenu

Note(s) sur la source

Note(s) d'affichage

Termes hiérarchiques

conditions de travail

Termes équivalents

conditions de travail

Termes associés

conditions de travail

130 Description archivistique results for conditions de travail

130 résultats directement liés Exclure les termes spécifiques

[Genève: 16e congrès FOBB, exposition "20 ans de conquête sociale"]

Panneaux d'exposition "20 ans de conquêtes sociales des syndicats F.O.B.B. à Genève" avec chronologie, ainsi qu'un tableau de l'évolution des salaires et des exemples de matériel de propagande (affichettes, tracts, casquette, disque); cafétéria. Exposition organisée dans le cadre du 16e Congrès FOBB au Bâtiment électoral.

Cadoux, J. G., photographie

Jeûne genevois - Jour férié = jour de misère

Campagne pour le paiement des jours fériés.
Texte de l'affiche: "Les contrats collectifs du Bâtiment et du Bois stipulent que le Jeûne genevois est jour chômé. Cela veut dire que les salaires de cette journée sera perdu pour les ouvriers parce que les jours fériés ne sont pas payés - c'est une injustice. […] Dans une cité où patrons et gouvernants se disent chrétiens […]"

Fédération des ouvriers sur bois et du bâtiment (FOBB)

Au ralenti

Négociations entre FOBB et entrepreneurs pour le renouvellement de la convention collective (probablement des manoeuvres et maçons).
Texte supplémentaire: "Tel est le rythme des pourparlers que les entrepreneurs imposent à la F.O.B.B. Par réplique: Au ralenti - Tel est le rythme du travail que la F.O.B.B. impose aux entrepreneurs. Ouvriers! Vas-y tout... doucement."

Fédération des ouvriers sur bois et du bâtiment (FOBB)

La F.O.B.B. arrache au patronat les indemnités d'intempéries

Appel à participer à l'assemblée générale de la FOBB du 12 mars 1954 à la Salle Centrale - mention des nombreuses conquêtes sociales de la FOBB depuis 1930 et en particulier les indemnités intempéries payées dès le 1er avril 1954.

Fédération des ouvriers sur bois et du bâtiment (FOBB)

Une injustice sociale - le jour de Noël!

Campagne pour le paiement des jours fériés.
Texte supplémentaire:
"Citoyens! Savez-vous qu'au lieu d'être dans l'allégresse pour les fêtes de fin d'année, les ouvriers auront un surcroît de soucis, parce qu'ils perdent leur salaire 4 à 5 jours de cette dernière quinzaine.
Cette injustice est causée par l'attitude des entrepreneurs par trop servile aux ukases de leurs dirigeants qui trônent en Suisse allemande.
Cette injustice révolte les ouvriers, comme elle doit révolter tous ceux qui ayant le coeur à la bonne place comprennent que les fêtes chrétiennes ne doivent pas aggraver la misère parmi les plus prétérités d'entre les travailleurs: ceux payés à l'heure.
Contre cette injustice. Nous demandons aux ouvriers de protester, comme nous demandons à tous nos concitoyens, de se rappeler, au moment où ils festoieront, que les ouvriers du bâtiment doivent priver leurs enfants du nécessaire, par la faute de patrons égoïstes et tardigrades, qui n'ont encore rien appris du tragique de notre triste époque.
Guerre aux hommes de mauvaise volonté, afin d'obtenir le payement des jours fériés. FOBB."

Fédération des ouvriers sur bois et du bâtiment (FOBB)

Interview de Henri Tronchet, ancien syndicaliste de la FOBB (1ère partie/2)

Interview de Henri Tronchet, ancien secrétaire syndical de la FOBB, par Alda De Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:11:52).
Période évoquée: 1930-1950

Aperçu des thèmes (Parties 1/2 et 2/2) :
Henri Tronchet évoque les activités de la Ligue d’action du bâtiment à Genève au début des années 30 pour faire respecter la convention collective de travail, et en particulier le repos du samedi après-midi. Il évoque les tournées de chantiers, les diverses actions punitives, le sabotage et les conséquences judiciaires dont le procès de Versoix. Il évoque également la fusillade du 9 novembre 1932.
Henri Tronchet mentionne brièvement ses relations avec son frère Lucien, de 13 ans son aîné.
Il rappelle ensuite les luttes pour la suppression des ponts volants et pour une meilleure sécurité sur les chantiers. Plusieurs accidents mortels sont mentionnés. Il parle ensuite d’autres luttes syndicales, comme celle pour le droit à une pause le matin à 9 heures.
Tronchet revient sur son enfance à Carouge, les différences de classe, son apprentissage au début des années 30 et les conditions de travail
Il revient longuement sur les luttes dans le domaine du logement, la démolition des taudis en 1935 à la rue de Cornavin, ainsi que les actions menées avec le Comité des chômeurs contre la saisie des meubles des mauvais payeurs (interposition devant les huissiers – rue rue Masbou, rue Violette -, rachat de meubles à l’Office des poursuites, déménagement à la cloche de bois).
Il évoque brièvement les bagarres entre anarchistes et fascistes de l’Union nationale dans les rues basses, à l’occasion de la vente de leurs journaux.
Tronchet décrit l’évolution du travail sur les chantiers entre les années 1930 et les années 1950 : l’arrivée des premières pelles mécaniques, des premières grues, les briques en ciment. Il revient en particulier sur le chantier des Imprimeries populaires à la rue de Lausanne.
Finalement, il parle du travail syndical, de la manière d’organiser les ouvriers, de la présence quotidienne sur les chantiers. Délégué de la FOBB à l’Office cantonal de conciliation, il évoque ses relations avec les entrepreneurs, notamment avec Induni chargé de construire les ports francs à la Praille.

Collège du Travail, Genève; producteur/trice

Interview de Jeanne Magnin, couturière (1ère partie/2)

Interview de Jeanne Magnin, couturière âgée de 96 ans, par Alda De Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:02:17).
Période évoquée: 1910-1950

Aperçu des thèmes (Parties 1/2 et 2/2) :
Jeanne Magnin (née en 1896) évoque son enfance et sa jeunesse dans un milieu ouvrier à Collonges: son parcours scolaire, ses conditions de vie peu avant la Première Guerre mondiale. Elle parle de son apprentissage de couturière à Genève, de ses conditions de travail, de son activité de couturière à domicile. Elle détaille les divers vêtements qu’elle confectionnait ou raccommodait et évoque sa clientèle, principalement ouvrière. Elle revient également sur l’évolution du métier : les techniques, les instruments (machine à coudre, fer à repasser, fermeture éclair…).
Jeanne Magnin parle ensuite des conditions de vie de cette période, du soutien financier à ses parents et évoque les difficultés liées aux deux guerres mondiales.
Dans la deuxième partie, elle revient plus longuement sur la mode et les vêtements portés par la classe ouvrière dans les différentes circonstances de la vie (robe de communion, vêtements de deuil, habits de bal, vêtements de travail, chapeaux et casquettes). Elle reparle également de l’évolution techniques (machine à coudre électrique, fer à repasser, balai mécanique et machine à laver).

Magnin, Jeanne; interviewé/e

Résultats 1 à 10 sur 130