pièce 004-2 - Interview de Maxime Chalut, ancien président du SATUS (2e partie/2)

Zone d'identification

Cote

CH-001784-0 SON-D-004-2

Titre

Interview de Maxime Chalut, ancien président du SATUS (2e partie/2)

Date(s)

  • 1992 (Production)

Niveau de description

pièce

Étendue matérielle et support

1 fichier numérique audio (wav)

Nom du producteur

Nom du producteur

(1912-1999)

Notice biographique

Nom du producteur

Notice biographique

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Interview de Maxime Chalut, ancien président du club sportif ouvrier SATUS de Genève, par Alda De Giorgi (Durée totale de l'entretien: 01:18:55).
Période évoquée: 1920-1940

Aperçu des thèmes (Parties 1/2 et 2/2) :
Maxime Chalut rend compte des activités organisées par la Fédération de football ouvrier SATUS à Genève dans l’entre-deux-guerres (adhésion en 1928). Il mentionne également certaines activités culturelles, dont le Théâtre prolétarien auquel participait William Jaques, les chorales et les fanfares ouvrières dont La Lyre, dirigée par F. Closset. Il parle de son rôle dans l’organisation de la classe ouvrière, des différences entre les associations sportives et culturelles ouvrières et celles liées à la bourgeoisie. Parmi les autres sports ouvriers : la gymnastique, le ski, le vélo. Par contre, le hockey sur glace, qui avait lieu sur des patinoires naturelles (terrain de tennis, marais gelé), n’entrait pas en ligne de compte.
Maxime Challut raconte sa passion pour le football et la manière dont se passait le jeu, les préparatifs, la vie associative et la sociabilité festive (bals, lotos, margotins). Il évoque les valeurs des sportifs ouvriers, le rôle de la compétition, le rapport à l’armée et au service militaire. Il parle brièvement du 9 novembre 1932 et de son refus de participer à l’intervention de l’armée (4 jours de prison) ainsi que de la fabrication de composants d’armes par les industries de la métallurgie genevoise (Charmilles, Hispano, Gardy, SIP).
A divers moments, Maxime Challut parle de son enfance à Lancy, aux Acacias, puis à Carouge, de la maladie de son père (tuberculose), de ses souvenirs d’école et de ses conditions de vie. En fin d’interview, il revient sur son apprentissage et son activité d’électricien aux Services industriels de Genève. Il évoque notamment les conditions salariales au début des années 1930. Il parle aussi des premières cuisinières électriques et des débuts de la radio, qui le passionne.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Consultation libre sur demande et prise de connaissance des précautions d'usage.

Conditions de reproduction

A voir avec le Collège du Travail qui détient les droits

Langue des documents

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Durée du fichier numérique: 00:32:18

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

cassette audio; 0058

Existence et lieu de conservation des copies

fichier numérique audio (mp3)

Unités de description associées

Descriptions associées

Zone des notes

Note

Support d'origine: cassette audio SONY HF-S90; avec inscription: "Maxime Chalut".

Note

Source de la description : Fiche élaborée sur la base de la transcription (voir doc. annexe). Pas d’écoute intégrale de l’entretien.

Note

Repères temporels:
Correspondance avec la transcription: la partie 2/2 commence "Les patinoires c'était des marécages, des étangs qui gelaient" à la p. 12.

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Dates de production, de révision, de suppression

Inventaire réalisé en 2016 / PA

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Zone des entrées